Hôpital privé
Résidence du Parc

Enfant visiteur en réanimation : préparer pour percer le secret

Article le

Afin de dépasser le silence auquel l’enfant est souvent confronté lorsqu’un membre de sa famille est en réanimation, l’Hôpital privé Résidence du Parc a mis en place tout un protocole en 5 étapes lui permettant d’accéder au service et de vivre sa visite à son rythme et accompagné.

Enfant visiteur en réanimation : préparer pour percer le secret

Tout démarre ainsi avec le recueil de la demande de l’enfant par la famille, suivi d’un entretien avec ce dernier, à l’extérieur du service de réanimation et sans ses parents. “Nous tenons à nous assurer grâce à cette entrevue que la demande de visite émane bien de l’enfant, et non du patient ou des parents, et qu’aucune pression ne pèse sur l’enfant, explique Claire Altroff. Nous en profitons également pour sonder la connaissance de l’enfant sur la situation – sa préparation peut varier selon l’état du proche –, puis nous lui expliquons à quoi va ressembler ce qu’il va voir.” Lors d’une réunion de préparation du projet, l’idée d’utiliser des Playmobil pour expliciter la visite a germé, et depuis ne cesse de donner des résultats. “Avec cet outil, nous pouvons mettre en scène la réanimation, les tuyaux, les machines, les bips que l’enfant va entendre… nous lui expliquons pourquoi le proche ne pourra peut-être pas lui parler, lui répondre (intubation, etc.). A travers le jeu, nous pouvons aborder des sujets sensibles et permettre à l’enfant de toucher, manipuler, jouer… L’enfant repart avec un livret d’accueil spécifique pour les enfants, intégrant des aides aux parents, comment répondre aux questions, etc… L’enfant digère tout ça pendant 48h, puis arrive le jour de la visite.

Une préparation zéro improvisation

L’idée c’est que l’enfant soit accueilli par les mêmes personnes qui ont réalisé son entretien. Tout se fait sur rdv, ce qui permet à l’équipe d’être prête lorsque l’enfant arrive, de préparer le box, de retirer tout matériel non utile à ce moment-là… “Le but est de rendre le box le plus accueillant possible, tout comme le patient. Selon l’état de ce dernier, on va pouvoir le mettre au fauteuil, l’habiller, afin de se rapprocher de ce que l’enfant a l’habitude de voir hors de l'hôpital. Le soignant reste tout le long de la visite. Son rôle est capital, Il est garant de la protection de l’enfant, et s’assure que l’enfant est à l’aise. Il permet à l’enfant de mettre un terme à la visite quand il le souhaite, de s’émanciper d’une quelconque pression des parents, qui parfois ne se rendent pas compte, veulent faire faire le bisou, pas forcément adapté au désir de l’enfant à ce moment-là… Il aide aussi à la communication”, poursuit Claire Altroff.

Enfin, après la visite, si l’enfant en a envie, un debriefing est organisé, et quelques jours après, même procédé avec les parents, pour savoir si l’enfant a eu des questions, s’il a fait des cauchemars, s’il a eu des angoisses… des choses négatives qui sont ressorties de la visite… On explique alors aux parents que l’enfant a répondu à son besoin de vérité en venant. Soit il demande à revenir, soit il ne demande pas et dans ce cas-là, on ne lui propose même pas. Il n’en a pas besoin, on ne lui impose rien.

 

Article précédent

L'HOPITAL PRIVE RESIDENCE DU PARC PUBLIE SON INDEX DE L'EGALITE PROFESSIONNELLE

Le 28 août, l'Hôpital privé Résidence du Parc publie son index de l'égalité professionnelle se conformant ainsi à la loi française N°2018-771 du 5 septembre...